Comment équiper un service médical ?

La désertification médicale pousse de plus en plus de collectivités locales à prendre en charge elle-même le recrutement des soignants et l’équipement d’un service de santé de proximité. La question du matériel nécessaire est complexe et demande réflexion pour ne pas commettre d’impair.

Déterminer les spécialités présentes dans le service médical

Avant de savoir comment équiper un service médical en termes de matériel, il convient de décider des spécialités qui seront les plus pertinentes dans la collectivité locale.

Si des spécialités sont déjà présentes dans la commune dans des cabinets privés, il n’est pas forcément nécessaire de les doubler dans un service médical local, sauf si les praticiens déjà installés sont débordés. L’idéal est de prévoir des spécialités qui font défaut sur le territoire de la collectivité locale ou à proximité immédiate.

Par exemple, il est sans doute inutile de prévoir la présence d’un dentiste dans un service de santé local si les cabinets dentaires privés sont suffisants pour faire face au nombre de patients sans imposer des délais d’attente insupportables.

Les spécialités les plus « utiles » dans un service médical local sont en général :

  • la médecine générale ;
  • le laboratoire d’analyses médicales ;
  • la radiologie ;
  • l’ophtalmologie ;
  • la kinésithérapie (qui peut parfois laisser place ou s’associer à l’ostéopathie, une discipline qui fait de plus en plus écho auprès des médecins, après avoir été longtemps décriée) ;
  • la psychiatrie ;
  • la gynécologie (avec un médecin gynécologue ou une sage-femme) ;
  • les soins infirmiers ;
  • l’orthophonie.

Chaque profession médicale a des besoins spécifiques en termes d’équipement.

Choisir des équipements adaptés aux spécialités

En fonction des spécialités médicales souhaitées dans le service médical de proximité qui s’installera dans la collectivité locale, des équipements spécifiques seront nécessaires. Sans prétendre à l’exhaustivité, voici un panel des matériels indispensables pour une activité quotidienne.

Le laboratoire d’analyses médicales aura besoin d’agitateurs, de balances de précision, d’enceintes climatiques, de potentiostat galvanostat, d’autoclaves, de centrifugeuses, de dessiccateurs, d’étuves/incubateurs, d’évaporateurs rotatifs, etc.

Pour la médecine générale, il faut évidemment une table d’examen, un marchepied, un guéridon pour ranger le petit matériel médical, une lampe orientable, un paravent, un distributeur de savon et/ou de gel hydroalcoolique, mais aussi un tensiomètre, un stéthoscope, un otoscope, une balance, une toise, un lecteur de glycémie, un doppler, etc.

Enfin, la radiologie est un domaine où l’équipement est essentiel. Il sera nécessaire de prévoir un scanner rayon X, un appareil de radiologie dentaire, du matériel d’échographie, éventuellement un mammographe et un densitomètre osseux.