Auxiliaire de puériculture

Comment devenir auxiliaire de puériculture?

L’auxiliaire de puériculture est chargé du bon développement des nouveau-nées et des petits enfants jusqu’à ce qu’ils deviennent parfaitement autonomes. Ce métier se rapproche des autres métiers tels que les assistants maternels, les éducateurs des jeunes enfants ou encore les pédiatres. Pour pouvoir l’exercer, vous devez disposer du diplôme correspondant, le DEAP (Diplôme d’État d’Auxiliaire de puériculture). 

La nécessité d’une formation diplômante

Pour pratiquer le métier d’auxiliaire de puériculture, il est donc nécessaire de suivre une formation sanctionnée par un Diplôme d’État d’Auxiliaire de Puériculture (DEAP). Celui-ci permettra à son titulaire de postuler auprès des structures d’accueil (publics ou privés), comme cette crèche à Lyon ou encore les services rattachés à la PMI (Protection Maternelle et Infantile) et même la FOP. Il peut aussi travailler dans le milieu hospitalier.

Auxiliaire de puériculture : un métier exigeant

Le DEAP est nécessaire, mais insuffisant. Le travail d’auxiliaire de puériculture requiert des compétences, des qualités et des aptitudes particulières.

De la patience

La patience est la première d’entre elles. Elle est indispensable lorsqu’on veut inculquer une connaissance chez un enfant ou lui donner ses premières leçons. Celui-ci est facilement distrait. Il a besoin d’encouragement et de motivation.

De la bienveillance

La bienveillance constitue la deuxième qualité de l’auxiliaire. Celle-ci est dirigée à la fois vers l’enfant et ses parents. Il va de soi qu’un tel professionnel doit aimer les enfants. Cette crèche privée à Paris, par exemple, recherche cette qualité chez les candidats à ce poste. Cela ne signifie pas qu’il ne fera pas preuve d’autorité en temps voulu.

Concours pour accéder à la formation d’auxiliaire de puéricultrice

Il n’est pas nécessaire d’avoir le Bac pour devenir auxiliaire de puériculture, même si ce diplôme constitue un sérieux avantage. De plus seul un institut agréé par le Ministère de la Santé délivre le DEAP. Le concours se déroule en deux phases, l’épreuve d’admissibilité et l’épreuve d’admission.

Épreuve d’admissibilité

La première est un test de compréhension d’un texte d’actualité concernant le domaine de la santé. Le candidat doit répondre à deux grandes questions. Lors de la seconde épreuve, il sera invité à répondre à 10 questions (tournant autour de la biologie humaine et des mathématiques générales). Celle-ci prévoit aussi des tests psychotechniques. Le candidat qui obtient une note de 10/20 sera admissible.

Épreuve d’admission

Le candidat admissible présentera ensuite un exposé oral devant un jury sur le thème de la santé (ou du secteur social). Puis il passera une séance de question de 10 minutes. Il s’agit plus d’un échange que d’une véritable évaluation. Néanmoins seul celui qui aura une moyenne de 10/20 sera définitivement admis.

Telles sont donc les conditions pour pouvoir exercer le métier d’auxiliaire de puériculture. On peut dire que c’est une profession très encadrée par la loi.  La détention de ce diplôme d’État d’Auxiliaire de Puériculture (DEAP) est donc requise pour toute personne désirant intégrer le monde professionnel.